le 25 septembre 2023
Jehanne-Lou Meunier





Terme de l’été. Couleur de cendre, on a bien cramé au zénith.
Je classe mes feuillets asservis, ai perdu mon Céline tâtonnant.
Reste une odeur de fioul et la peinture carcassée des bateaux, le soleil gravité et… Le doute.


Le souvenir halluciné, les yeux renversés, un sourire d’ange béni. De l’ocre à perte de vue, sculptée par la terre d’ombre, un bleu insultant, foudroyant. Je balaie le vécu. Émerge dans la marée d’images des chaînes aussi, fumées, et puis les éclats du matin comme si tout recommençait, comme si les gestes étaient éternels, répétés à la folie. Structure névrotique ou camée de réitération perpétuelle. Chemin de fer entre les lames duquel s’épanouissent les graminées enfiévrées.


Entre les lampadaires qui ponctuent les nuits murmurées, il faut… Survivre… Tu comprends ?

En un mot la terre peut se renverser, l’ordre est fragile.


Je lâche les dogues et me laisse assaillir par le boucan.
Ça trépigne sous le crâne. Pourvu qu’on délie au moins le verbe.


Putain si tu savais la crasse, les visions qui t’arrachent la pitié en tremblant.
Et puis y a rien à faire sauf tenir bon, être la VHF qui berce la crise.
La misère qui te prend à la gorge et l’or empoussiéré. Il y a une odeur de laissés pour compte, rance et…
Un regard : étreinte, qu’il faudrait prendre entre les paumes et cacher dans l’épaule.


Mais le silence… enfin ne pas savoir quel nom derrière les flammes, et les chiffres qui ne servent à rien.


{extrait des correspondances à Alexandre}


Impossible de dormir dans le bruit des hélicos et des mortiers
Tempérance
Sang froid
Il a fallu tirer de la fange médiatique quelque chose
Hors de la vente d’informations
Salement malsaine
Manipulés par les algorithmes
On va donc creuser l’exact opposé
Hospitalité justice tempérance
Et avec une désinvolture grave qui est une résistance à la terreur
Ardent c’est l’évidence du sens
L’archaïque qui se dévoile dans le belliqueux
Ce qu’il faut protéger dans l’urgence
Ce qui résiste aux flétrissures de la vanité
Tout le reste n’est que divertissement

{…}

Vivre de risque, c’est cela le romantisme


Laïus a posteriori mais hic et nunc l’adrénaline grille les synapses.
Se dévoile une volonté infaillible, précise, exclusivement mathématique.
Ça veut dire se tenir en retrait du flux amorphe et soigner la nécessité
Cultiver l’urgence pour construire la durée.


Donc on n’aura pas la teinte des partis, on aura plutôt un teint de soleil.
Une tour de Babel c'est-à-dire une tribune vers le ciel.















Nos derniers articles